Wonderwall

Publié: 28/11/2012 dans Élucubrations
Tags:, , , , ,

Enfin, j’ai trouvé. Remarque, mieux vaut tard que… qu.. qu’encore plus tard, hein.
Because à force d’attendre, ben y’ a un moment ou c’est trop tard.
Simply life.

La tête dans le sac comme chaque réveil de cette vie et mes cheveux qui s’étaient encore fait la guerre jusqu’au crépuscule, sans parler de cette omniprésente humeur de grizzli… Bref, en me levant ce matin, même ma super chopine de caféine en barre ne réussit à me sortir la tête de ce brouillard. Il y avait quelque chose de pourri dans l’air. Quelque chose qui clochait chez moi depuis plusieurs jours.
Enfin, plus que d’ordinaire.
Un enthousiasme mort, une envie de sortir subsaharienne et la perspective de voir quiconque me déclenchant d’odieux hoquets .
Enfin, encore plus que d’ordinaire.

Chez moi, c’est chronique. Et obsessionnel. Il me faut des périodes sabbatiques durant lesquelles je peux jouer le plantigrade mal luné jusqu’à en crever. Faire un reboot social et exhumer ma face cachée mise volontairement en standby le reste du temps. En somme, des périodes durant lesquelles je me laisse divaguer à mort. Fermée comme une huître, un gros tampon mental sur le front précédé de l’annotation « foutez-moi la paix » en guise de mémorandum .
Seulement cette fois-ci, aucun signe de divagation. Plus de rêves. Rien. Que dalle. Basta.
Comment donc? Ô Panique! Ô Désespoir! Mais qu’est-ce qui se passe dans ma tête, bon sang?
Un manque de magnésium, peut-être…
Non. Pourtant je sentais bien qu’à l’intérieur de mon petit cortex, s’agitaient insolemment une tripotée de neurones auto-didacts. Joyeux bordel que le leurs…  Bande de connards. Bon, et si j’entrais en communication, histoire de voir un peu ce qui s’y passe?

– « Heu hum… Dites euh, les gars.. j’peux venir? C’est pas que, mais j’me fais un peu chier en bas toute seule… »
– « Ha bah te voilà! Pas trop tôt… Bon, ok, tu viens. Mais tu fermes un peu ta gueule pour une fois et tu nous écoutes. Ca fait des plombes qu’on te révolutionne le cigare… On va pas t’organiser un festival  à chaque fois qu’on a quelque chose à te dire, non plus. T‘es pas la Reine d‘Angleterre, bordel…»
– « Non mais dis donc, toi la crevette, làà…. Tu vas te calmer un peu… »
– « NAN!! On est pas payé à l’heure, nous… Pas que ça à foutre, Ho! »
– « Ben.. envoyez-moi un texto la prochaine fois, ça ira plus vite… Z’êtes cons aussi… »

Bref.
Joyeux bordel. Et bonne année.
Et justement, chaque année, c‘est pareil. Pourtant, chaque année, j’oublie. Et du coup, c’est la dissidence chez les crevettes… heu.. neurones, mes neurones. * INSOLATED SYSTEM*
C’est pas compliqué pourtant, bon Dieu.. J’devrais m’en souvenir. Et ben, non. Faut toujours que je parte à la découverte de cette intra mutinerie générale pour m‘apercevoir qu’à l’approche des fêtes, de la fin de l’année et de la mort qui s’approche toujours un peu plus… Aahaa.. fatale destinée!… que je pète tout simplement un câble. Grille le tampon, fume le tapis, m’engouffre dans le siphon et un siphon, font, font, les petites marionnetteeeuuh….
En somme, en clair, entre autres, je fais le bilan :
0 _o )  <= Voyez donc mon air enthousiaste quant au résultat de cette année, parce que ben…Pppfffff…
Encore un échec.
Et en plus, je vieilli.
Et en plus je vieilli mal.
Encore plus mal… Mais qu’est-ce que je vais faire de moi??!

– « Ben, j’dirais bien des sushis mais t’aime pas ça… alors… »
– « Oh toi, ta gueule, hein… Tu ferais mieux de nous trouvez des idées parce que là, j‘tourne en rond.»
– « Ben, fais des gosses, ça t’occuperas! »
– « Non, mais t’es malade ou quoi? Tu me vois, MOI, avec des gosses ??! Trop LOL, allé c‘te guedin…»

Extrait d’une « Discussion avec moi-même » , paragraphe 1, § 12.
Invendable en librairie.

Voilà ce qui me dilapide en ce moment, m’epprouvante et étale mon peu d’âme restante sur la roue des supplices: J’aime les gosses.
…Oui, je sais que, posé ça comme ça, à froid, ça peut faire drôle… (cherchez le double sens) Surtout pour moi qui me croyais à l‘abris de ce genre de vices…
Oui, parce qu’il faut avouer qu’avant, j’aimais pas du tout trop ça. Les enfants. Bébés, ados… bref. J’étais normale, quoi. Toutes ces p’tites choses excessivement baveuses et limite flippantes, n’ont jamais été ma tasse de thé.
Pourquoi? Parce que. Fin du texte. Naaan.. Je blague, hein:

GRAND A) :
1- pendant un bon moment, ça  parle pas ces bestioles. Et 2- quand ça découvre que ça possède des cordes vocales, ça baragouine par méandres onomatopiques jusqu’au jour ou 3- ça tente une phrase sans accord ni conjugaison. Plus tard, vers l’adolescence 4- ça gueule dans tous les sens et là, tu regrettes que finalement ça ne soit pas resté en phase 1-.
Et moi, j’aime pas qu’on me gonfle. Surtout le matin.

GRAND B) :
1- J’imaginais les premières années d’un môme chiantes à mourir pour cause de dépendance affectivo-abusive de la part des parents. « Aaa quiii céé le bibiii? Aaa quiii céééé..? ». Non, sans dec’. Même moi j’comprends pas c’que ça veut dire. Alors un chiard…
2- Craignant en retour (de bâton) dès l’âge ingrât, toutes sortes de reproches fondées et éternelles, comme:
– « Mai P’tain!! Pourkoi tu veu ap’s macheté  1 I-phone 12700-WXYZ !!?! O la yeuv, g 13 an, t‘sais!! G le droi 2 parlé par texto m1tenan…»
ou encore:
– « Tsss… tu t‘es encore gourée sur la marque de céréales… C’est des « Lions » que j’mange, pas des « golden Gram’s »! C’est pour les vieux de ta génération , ça: les « Golden Gram’s ». La prochaine fois, achète aussi des « Cheerios », t’auras l’impression de retomber en enfance.. (Re)Tsss…. fais chier. J’’retourne dans =>MA<= chambre me suicider les oreilles avec mon mp3 puisque tu me comprends pas dt’ façon… »
Fin du 2, début du 3- Glorieuse époque entrouvrant la porte de la fatale destinée émotionnelle qui attend notre jeune et bulbeux adolescent sur sa vie d’adulte, et qu’il manifestera:
– soit par une haine sans nom ni précédent quant au fait de ne pas avoir choisi (quand il n’était pas né) de venir au Monde. Tout cela dans le but de mieux s’irresponsabiliser encore un peu plus en justifiant le fait de sa propre existence par l’égoïsme profond et malveillant de ses géniteurs.
Bande de salops, vas…
– soit par un amour totalement désintéressé de l’héritage familial, accolé à un masque tragi-comique affiché sans relâche (des zygomatiques). Le but étant d’appuyer par pressions constantes sur la corde sensible de Papa et Maman, qui, de leurs côté n’aurons plus qu’une obsession: Abeous papam et culpabilisons, chéri.
– soit par un comportement étrangement sain, réglant ces comptes à mesure de sa vie de petit boulet sans chaînes. Ce qui, quoi qu’il en soit, ne garanti en aucun cas que des heurs à venir ne seront pas à prévoir. Un humain, c’est complexe. Et salement lunatique.

CONCLUSION par GRAND C) :
A part casser la tête des grands, bouffer un oxygène considérable de même qu’un espace vital pourtant indispensable, ça sert pas à grand choses les gamins. Néanmoins, y’a des trains d’idées qu’on arrête pas. Ou plus. Ô fatum destinée! Que me laisses-tu à penser? Que je suis finalement horriblement clichée et que pour satisfaire mes hormones de primate de même que mon égo démesuré, il me faudra un de ces jours  posséder un de ces étranges petits jouets?…
Un p’tit truc que tu pourras même aimer, lui apprendre des valeurs antédiluviennes en lui développant sa conscience innocente pour en faire un futur petit soldat de la vie… Oouuuh c’est choupidou!! Et vraiment trop naze.
J’ai vraiment des idées à la con en ce moment.

Mais heureusement dans mon Nébularium, j’ai parfaitement le droit de ne pas l’être…

Parfaite.

Quoi? Kessia...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s