Bon juste un p’tit mot doux pour di…

… TAGADA… TAGADA...

*Arrivée chevaline de Zorro, ancien héros reconverti (dans l’espoir de toucher une retraite) en contrôleur des B.I  (bonnes intentions) de ce blog capillotracté* 

– « Quoi?? Comment ça « doux »??! Mais kess’y t’arrive sérieux? A peine une phrase et t’as déjà fait exploser ton quota d’adjectifs mièvres: « Mot doux ». . . ça va pas la tête?  T’as mangé du bisounours c’ matin ou quoi?!!  Tu veux pt’ être un gros câlin pendant qu’on y est???!!! Rrrrhhaaaa non hein… Ça va pas se passer comme ça. T’arrête de suite avec les sensibleries ou je te signe direct, claro? »

– « Heu… o_O … ok… ok…  Peace brother… »

*Willing du canasson et départ sur pattes arrières aérodynamiques*…..  PATACLOP… PATACLOP… .PATACLOP….

Hum hum… alors, en fait *regard à droite, puis à gauche* …L’est parti l’aut con?… Je voulais juste te signaler que je suis pas décédée. Inutile donc d’appeler les pompiers, le G.I.G.N, ta grand mère pour me pleurer, bref…

I’m not dead.
I’m just overbooked…

Mais comment j’arrive à faire ça, moi? Pourtant je vis à la campagne. Pourtant je fais même pas un temps plein. Pourtant je suis quelqu’un de zen et en plus je dors peu. Ce qui devrait me laisser un temps considérable. Et ben, non. J’ai une vie de ministre. Abominaffreux, en ce moment je vois ma pendule tourner en mode energizer alors qu’elle fonctionne même pas…. (oui, c’est pas logique ce que je dis). C’est dramatique. Je suis le lapin blanc d’Alice. Toujours en retard. J’ai pas le temps….

Pas le temps m’occuper du troisième volet de « Adopte un malheureux ». Toujours en cours d’écriture…. Ça avance hein, mais à reculons. Soyons direct.

Pas le temps non plus de peaufiner mon sublissime article sur les seins de Valentin… Hein? …Ah non, c’est pas ça… bon, ben la Saint Valentin alors… Bref. J’aime pas quand j’ai des articles en suspens dans la tête. J’ai l’impression que ça déborde de partout et qu’il faudrait que je me ballade avec des bouchons d’oreilles pour tout bien garder au chaud. Quoi qu’il en soit, j’essaierai de le jeter quand même sur ce blog entre un brossage de dents matinal et un glandage succin un de ces jours/mois/siècles, on verra.

Mais j’ai tellement pas le temps… Pour dire, j’arrive même pas à trouver le temps de me faire une tarte avec ma pâte brisée achetée (donc toute faîte en plus) il y a au moins trois mois. D’ailleurs… ah bah merde… moi qui aime pas jeter… bonjour poubelle…  Et c’est parti pour une séance de kick boxing mental…

(>_<)○—— (^o^)○ *FIGHT !!*

Aussi, pour parer à ce manque de temps, j’ai décidé de me faire greffer une paire de bras supplémentaires. Le problème, c’est que c’est pas très sexe comme plan. Même un peu trop tentaculaire à mon sens. C’est toujours le même souci avec l’aspect pratique des choses: c’est moche. Me voici donc face à un atroce dilemme… L’utile? Ou l’agréable? D’ordinaire, j’arrive toujours à allier les deux. Ouais, d’ordinaire… Mais finalement, qu’est ce qu’il y a d’ordinaire dans ma vie?

Rien. Du moins, j’crois pas.

Psychologiquement, c’est le duel permanent à grands coups de fleurets entre mes esgourdes. C’est dingue d’être dingue à ce point là. Attention, je le vis bien, c’est pas la question. Mais il m’arrive de penser qu’en réalité j’ai une perfide siamoise qui s’est développée quelque part dans ma tronche et  qui, parfois, souvent, tout le temps… s’avère à l’extrême opposé de mes idées. Dans un sens, c’est pas pire. Ça me plait de pouvoir discourir avec moi même en étant à la fois juge, bourreau et condamnation! Mais ça en arrive aussi à me fatiguer. Et si je suis fatiguée en plus de manquer de temps, comment voulez-vous que je m’en sorte mes braves gens? Incurable. J’suis incurable. J’ai plus qu’à me faire un stock de Ginseng….

Matériellement, chez moi: c’est le ouaille. Beyrouth + le parcours de la viande Findus…. T’imagines même pas comme je ressemble à une caraque. Hé! oh! C’est propre, rangé quand même! Je ne suis pas bordélique… par pure fainéantise. Alors j’anticipe. Je déteste le rangement de dernière minute. Nan… En fait, j’aime juste pas le bordel. Nager au milieu des relevés de comptes qui traînent dans la vaisselle de la semaine dernière, très peu pour moi. Par contre, j’ai pas de table, je mange dans des bols, j’ai pété 5 de mes 6 magnifiques verres à pieds du coup je bois dans ce que je trouve, j’ai plus de machine à laver, plus de congel, mon plan travail est posé sur deux tréteaux et y’a un pneu de moto dans mon entrée… Hypra logique comme truc. Bref. Je vais pas non plus te décrire mon nid douillet, ça ne ferait que rajouter une couche à la peinture écaillée de mon portrait.

Professionnellement, c’est comme dans mon appart. Le cataclysme. La foire au n’importe quoi. Pas que j’ai pas de boulot puisque je t’ai dis que je faisais pas un temps plein plus haut (non, mais tu suis  des fois ou pas???..). C’est juste que j’ai un CV qui ressemble à un mix entre une liste de courses et l’annuaire des pages jaunes . Pourtant, j’ai fait des études. J’ai même pratiqué le métier pour lequel je me la suis donné à l’école. Et puis j’ai décartonné sévère et tout envoyé valser. J’ai eu des opportunités que j’ai saisi par défaut avant de tout lâcher par pure hantise d’une routine prévisionnelle… Et oui, j’ai cette formidable faculté de m’ennuyer profondément une fois que je maîtrise le sujet. A t-il donc fallut que je réfléchisse à un boulot ou on ne s’emmerde jamais… Pas simple pour moi tout ça. Trouver un job qui correspond d’avantage à mes idéaux qu’à un salaire florissant, faut être con quand même. C’est ça, j’suis vraiment débile en fait. A tel point que j’ai rien trouvé comme autre connerie que de travailler avec des humains, pour des humains. Imagine… Moi et mes idées chelous, on fait des ravages. Ça déboîte.

A ce stade, je me dis que tu dois rien comprendre à ma vie. Et ben tu sais quoi? T’as pas tort. En même temps, qu’est ce qu’il y aurait à comprendre? Que nib. Surtout pour toi. Moi, je sais où je vais. J’ai des panards à GPS intégré, donc pas de soucis. J’ai des projets, des envies et aucune raison de m’affoler par rapport à tout ça. Sauf en ce qui concerne ce foutu temps. Ça, je reconnais que ça m’agace prodigieusement. Et ce qui m’agace encore plus, c’est d’avoir fait tout un soliloque pour m’expliquer pourquoi j’ai pas le temps. Alors que pendant ce temps là, j’aurai pu avancer sur bien d’autres choses à la place.

Bref, je voulais te dire que j’ai pas le temps. Et ça me saoule.

Mais promis, dès que j’arrive à mettre un coup de godasse dans ma pendule, je reviende. Croix de bois, croix de fer, de toutes façons j’irai en Enfer.

Mais je gère 😉

Publicités
commentaires
  1. ça fait du bien de te lire : D même si c’est pour nous expliquer que tu manque de temps (d’ailleurs y a des jours où moi aussi j’aimerais bien une paire de bras supplémentaires !)
    mais tu fais comment pour gérer sans machine à laver ??
    PS : moi aussi je suis deux dans ma tête, c’est pas mal parfois, ça tient compagnie !

Quoi? Kessia...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s