Articles Tagués ‘Nouveautés’

AVANT-PROPOS :
Ce texte est sale, plein de « jt’écris comme j’te parle », de mots moches et d’expressions pourries. Les sous-entendus sont graveleux et les dialogues d’une clarté nébuleuse. Catharsis, ironie et  sarcasme volant dans tous les coins de page, ainsi que texte fignolé au langage « smeus » sont au rendez-vous. Et tout ça pourquoi?
Parce que vous êtes dans le Nébularium!
(Ah oui, y’a plein de « ben » et de points de suspension aussi…)

Parce qu’ à ton image est associée celle de la misanthropie flagrante, ou de la peste… ça dépend des fois, il y a des périodes comme ça ou quoi qu’il en soit, tout le monde te fuit. Agréable de se voir foutre la paix de temps à autres. Malheureusement, dès que l’hiver s’annonce et que l’humidité commence à t’envahir les chaussettes, même une asociale de base comme moi se voit dans l’obligation de se chercher momentanément un mâle pour garnir son plumard et réchauffer… ses pieds.

La tactique est simple. Choper son portable d’autiste et envoyer quelques textos aux potentiels radiateurs susceptibles de venir te remonter le thermostat. Quoi? Vous n’avez pas d’amis prêts à se sacrifier pour la cause? Ou pas d’amis du tout? Ouais, bah comme moi, alors… Comment faire dans ce cas? Y’commence à sérieusement peler dehors. Va falloir s’activer. « Allez HOP! Prends donc tes pieds et vas draguer! Et ne rentre pas sans un numéro, compris?? Ok, ok……………… »

Once upon a time et deux semaines plus tard, voilà que ma sonnerie asthmatiforme donne enfin signe de vie. Prête  à dormir en parka, à la limite de faire le serment de ne plus me tondre les guibolles jusqu’à l’arrivée du printemps , imaginez mon ravissement à l’arrivée de ce texto. Qui plus est, de la part d’un nouvel apollon m ‘invitant à boire un verre « pour faire plus ample connaissance » (<= sous-entendu: estimer si y’a moyen ou pas).

Fort bien, fort bien! J’arrive, j’accoure, je vole et je décolle… Pour me crasher proprement. Mais quel rustre et graveleux personnage! Bougre de rabougri! Fifrelin!! Iconoclaste !!!#&##…$!! Oui, bon ça va. Merci Haddock…

Bref. Mais qu’est ce qui c’est-il donc passé? Revoyons la scène. Magnéto, please.

Petite mise en situation:
Pas trop jolie, pas trop moche, me voilà sur les lieux de ma « first date ». Oui, chez les gens qui ont tué tous les Amérindiens, c’est l’équivalent d’un premier rencard. Mais un rencard propre, quoi. Pas de langues, pas de sexe. Juste une estimation du potentiel de chacun. Et niveau potentiel, j’avoue déjà que je suis au top. Mais plutôt tout en bas, rubrique « Look de Merde ». Description: Pas maigre, mais passe les portes quand-même. Tenues vestimentaires aussi sexes qu’un ours polaire en tutu, sauf quand je me décide à faire un effort. Ce qui aussi fréquent qu’un ours polaire en tutu. The boucle is boucled. Côté accessoires, des ballerines directement importées de chez Doc Martin et cheveux qui voient rarement un peigne, tatouage et boucle dans le pif agrémentent parfaitement mon humeur correspondante au look ci-dessus mentionné.

Bref, arrive X (Pour des raisons de sécurité nationale, aucun nom ne sera divulgué. Merci de votre (in)compréhension). X, je ne le connais que très peu. Même pas du tout en fait puisque nos portables ont juste formellement procédé à un échange de numéros l’autre soir, au bar… quand j’étais bien en deçà de tout. VRAIMENT en deçà… Car finalement et au bout d’un interrrminable quart d’heure, sans musique ni boissons, le sujet de conversation virevoltait déjà  autour du vide intersidéral. Mais venons en aux faits:

– « […] (<= coupure de texte précisant la non consistance de la conversation antérieure) … Waooooh… !  tes yeux… pfiou……. »

Et aller ! Déjà, cette phrase… ou surtout: cette onomatopée, elle m’énerve. Elle m’ ÉNERVE depuis toujours. Ou depuis que j’ai des yeux, j’sais plus trop. Et puis quoi? Ça fait déjà 15 minutes que j’te fais face mon p’tit pote et c’est seulement maintenant que tu percutes que j’ai des yeux??! Mais tu regardais quoi alors… … ( )( ) … ……….. -OooOooH- le-sa-lop! Prélude à l’avalanche d’inepties qui se préparent sans aucun doute entre ta tête et tes couilles, c’est officiel: mon p’tit père, tu vas morfler! J’ suis pas un steak, non mais…

–  « Oui. J’en ai. Et 10/10 à chaque oeil. Incredible, no ? »

–  «  Heu… Non mais j’veux dire qu’ils sont… enfin, tu vois… quoi ? »

–  « Ben oui, j’vois… puisque j’ai des yeux, j’viens de te le dire, t’es con ou bien? »

–  « Non, mais ils sont beaux, en fait… La couleur est chouette… »

– « La couleur qui est « chouette »? La couleur, c’est: vert. V – E – R – T. Tu veux que je te l’écrive au cas ou tu ne t’en souviennes pas?  »

Note pour plus tard: s’assurer que les personnes que je fréquente connaissent la colorimétrie… Passons. Et ouais, j’ai des yeux. Et verts en sus. WaaoOoh!! Mais quel extraordinaire phénomène ! Et dire qu’on est seulement quelques milliards à les avoir de cette couleur, si c’est pas malheureux. Prends donc une photo, un événement comme ça n’arrive pas tous les jours… Ben tiens, justement. C’est quoi ce cliché, là? Sans dec’… t’avais vraiment rien d’autre en stock? Non parce qu’il faut dire que c’est du réchauffé quand même, hein, le coup du « t’as de beaux yeux, kss kss »… Surtout vu le nombre incalculable de connards qui ne trouvent que ce prétexte pour m’aborder, je commence à avoir une opinion très nette sur la « beeaauuuté » de mes yeux…
Quoi? Kesskia ? Brutale moi ? Ouais. Quand je suis de mauvais poil, over. Et faut dire que Lui, il me les gonfle pas mal, les overs.

– « Mais dis donc, t’as un sacré sens de l’humour toi…  »

« Ben, oui. Avec moi c’est « YoupiLand » tous les jours. Pourquoi, ça te dérange? T’aurais peut être préférée que j’eusse été dépressive ?  Chiante à mourir ? Goth hémato-suicidaire ? Blonde à petit neurone compensé par sillicon…ne ? Top model chez Ferm’TaGueul ? ben non, tu vois. J’ai de l’humour. Et de la répartie »

–  «  Donc, t’aimes bien parler.. ? » 

 » C’te question à la conEvidemment que j’aime parler ! J’ai la chance d’avoir en sus de mes yeux magnifiques, des cordes vocales et un larynx associé. Et puis me semble t-il que le propre d’une conversation est de l’entretenir à un minimum de deux. Sans quoi, ça s’appelle de la schizophrénie, … Ducon … Ce que nous sommes tous un peu d’ailleurs. Schizo. »

– « Mmoui… bon, euh… Alors, comme ça,  tu travailles dans une école ? »

 » Comme ça, oui. ».

– «  Humm… *petit sourire tendancieux* … Et comment tu punies les mauvais élèves ? »

Waaoh… mais t’es pire que moi, toi! Sadique, vas!! Que je punisse les… Aaaahhh non.. pardon ,je viens de comprendre.

–  « Ben,  j’ les enferme dans le congélateur. »

–  « Hein? Quoi ?!?? Mais pourquoi ? »

–  «  Les refroidir un peu. Enfin, surement. »

«  Ah ouais… Mais euh…, du coup, t’aimes ça ? … J’veux dire euuh, t’en veux des enfants ? »

–  «  Ben ouais. J’ai un congel  maintenant.  »

–   » … O_O … ?? »

–  « Bon, et si on commandait ? Vas me falloir un truc costaud pour tenir encore un peu… »

– «  T’es fatiguée ? »

–  » J’commence. Oui. »

–  « Donc, tu bois aussi… ? »

–  « Comment ça : ‘aussi’ ?! Tu rédiges une liste de mes défauts ? »

–  « Nooonnn… mais tu fumes aussi. Pas que ça me gène quoi… »

– « Tant mieux. Parce que ça ne me gène pas, moi. Et pour répondre à ta question sans intérêt: oui, je bois ‘aussi’. Tous les jours même, sans quoi on risque la déshydratation. »

–  « Non, mais je voulais dire… de l’alcool. »

Mais pour qui tu me prends, sérieux? Barbie ??  Non mais, regarde-moi deux minutes… Est-ce que j’ai la tronche d’une nana qui se déglingue au coca fraise ?! Est-ce que je bois de l’alcool ? ….. Non, mais EST- CE-QUE-JE-BOIS-DE-L’ALCOLEUHH… . Sans blague, j’ai l’impression d’avoir de nouveau 15 ans. Remarque, c’est presque flatteur.
Bref… Des fois, il y a des infos que mon cerveaux traite et gère, puis que ma bouche recrache sans même que j’ai eu le temps d’y mettre mon véto. Ce qui occasionne souvent des réponses assez tordues. Ou déplacées… Inappropriées… Voire incompréhensibles…

– « Oui, je bois de l’alcool. C’est même congénital. Mon père est un Viking et ma mère, fille de paysan. Autant dire que je réunis tous les facteurs dignes de faire concurrence aux Bretons.  D’autres questions existentielles pour ton rapport ? »

–  « Waooh…. T’es plutôt smooth comme nana, toi…  »

–  « Smooth ?? Comme : smoothie ? Ces trucs froids tout pas bons? Ah non. Si j’étais un aliment, je me verrais plus en côte d’agneau. »

–  « Laisse tomber… Sinon, quelles sont tes préférences ? »

–  « Ça dépend. Littéraires ? Musicales ? Politiques ? Religieuses ? … Quoi… ?? »

– «  … euh… Non. Tes préférences, quoi… »

– «  Quoi, « quoi » ?!? On va pas s’en sortir si toutes tes phrases se terminent par un « quoi »… Mais, OOOoohhhh… attends!  Mes préférences…. Au plumard tu veux dire ? Ben, mets des mots à la fin d’tes phrases, ça m’évitera de tergiverser sur le potentiel sens philosophique de tous ces « quoi ». »

–  « Alors ? »

– « Alors, quoi? »

 » … Tes préférences… au lit… »

– « Ah oui, pardon. Mes préférences, donc: Ben… une couette, pas de traversin et pas d’oreillers en plume. C’est plein de saloperies, les plumes. »

– « … ??…  »

– « A part ça, encore des questions existentielles ou c’est smooth ? Tu veux pas plutôt qu’on parle un peu de tes préférences? Et notamment du fait qu’en dehors de tous ces « hum… » et ses « quoi », les onomatopées dont tu m’abreuves à en crever ne font que sublimer l’interrogatoire aux double-sens aussi profond que l’intellect d’une moule? Remarque, on pourrait aussi parler de mon tour de poitrine? Mais pourquoi tu ne me poses pas la question? Tu veux qu’on en parle ou … »QUOI » …?!!?
Nan…. Mais finalement, c’ qu’on va faire en fait, c’est arrêter de parler.

… Fin, surtout toi, hein… . …… Allé, dégage petit boulet. »

[ THE END ]

Soyons d’accord, je ne demande pas la Lune ( j’saurais pas quoi en foutre de toute façon). Juste un mec qui se distinguerait un temps soit peu d’un quelconque Rocco Siffredi. Mais j’ai définitivement l’impression que c’est comme voir des acteurs habillés en grenouillère dans un film de cul: introuvable. Enfin… paraît qu’il y a toujours une exception qui confirme la règle. N’empêche que je commence sérieusement à me demander quel est le funeste connard qui l’a inventé…

… cette règle.

Et si jamais tu as l’impression d’être une de ces exceptions: fais passer ton numéro, j’ai un plan pour les grenouillères…

Ps: Le Nébularium tient à signaler qu’aucun protagoniste -même présentant d’étranges similitudes avec des personnages de la réalité- n’a été  verbalement agressé durant cette véridique entrevue. Ceci dit, la production décline toutefois toute responsabilité quand à la véracité de ces dires…